Trump envisage la Cour suprême après avoir été débouté en Pennsylvanie

Rudy Giuliani en conférence de presse à Washington le 19 novembre 2020 (Photo by Drew Angerer/Getty Images)

ÉTATS-UNIS – Ils ne comptent pas en rester là. Un juge de l’État américain de Pennsylvanie a fermement rejeté ce samedi 21 novembre les allégations de fraude électorale portées par le président sortant Donald Trump, qui nie toujours sa défaite à l’élection présidentielle. La décision de ce magistrat – dont le jugement est cinglant – ouvre la voie à la certification de la victoire du démocrate Joe Biden en Pennsylvanie, ce qui doit se produire lundi.

Alors que le temps presse pour l’investiture de Biden le 20 janvier, l’équipe de Trump s’est efforcée d’empêcher les États les plus disputés d’officialiser les résultats du scrutin, en plus de ses nombreux recours en justice qui ont jusqu’à présent échoué.

Le juge Matthew Brann a écrit dans son jugement que l’équipe de Trump avait présenté “des arguments juridiques sans fondement et des accusations hypothétiques” dans sa plainte concernant le vote par correspondance en Pennsylvanie.

“Aux États-Unis d’Amérique, cela ne peut justifier la privation du droit de vote d’un seul électeur, et encore moins de tous les électeurs du sixième État le plus peuplé” du pays, écrit le magistrat, ajoutant: “Notre peuple, nos lois et nos institutions exigent plus” que cela.

Vers la Cour suprême

Un jugement particulièrement peu amène qui a suscité une réaction épicée du camp Trump. Dans un communiqué publié dans la nuit, la conseillère justice du président, Jenna Ellis, et son avocat Rudy Giuliani, ont dénoncé une décision avec laquelle ils ne sont pas d’accord. Faisant contre mauvaise fortune bonne figure, ils assurent cependant que cette “décision vient aider notre stratégie d’en arriver vite à la Cour suprême”. “Même si nous sommes en désaccord avec cette décision, nous sommes reconnaissants à ce juge nommé par Obama de l’avoir prise vite, plutôt que d’avoir joué la montre”, indiquent-t-ils encore.

Avant sa nomination, Matthew Brann avait pourtant été pendant des années un éminent représentant du parti Républicain en Pennsylvanie et un membre actif de la National Rifle Association. 

Néanmoins, les deux représentants de Trump envisagent ainsi de passer par la Cour d’appel des États pour le troisième circuit et misent là aussi sur une décision rapide qui leur permettrait par la suite de se tourner enfin vers la plus haute institution judiciaire du pays. Les conservateurs y disposent d’une large majorité depuis la nomination d’Amy Coney Barrett en remplacement de la défunte Ruth Bader-Ginsburg. 

Ce jugement en Pennsylvanie est intervenu quelques heures après la demande formulée par les représentants du Comité national républicain et du parti de Trump dans le Michigan de retarder la certification du vote dans cet autre État remporté par Biden avec 155.000 voix d’avance.

Ils y ont exigé un délai de deux semaines, en réclamant un audit des résultats électoraux dans le comté de Wayne dont le chef-lieu est Détroit.

Vendredi, Donald Trump avait justement reçu des élus locaux du Michigan, un État-clé qu’il avait emporté en 2016 face à Hillary Clinton et qu’il a perdu cette année face à Joe Biden. Bob Bauer, avocat de l’équipe Biden, avait alors dénoncé vendredi “une tentative délibérée d’intimider des responsables électoraux”. 

À voir également sur Le HuffPost: Pour Thanksgiving, ce conseiller de Trump encourage les Américains à voir leurs grands-parents